Lettre ouverte aux candidats à l’élection municipale d’Antibes

L’association ASSA escalade d’Antibes, forte de ses 305 licenciés, souhaite interpeller les candidat.e.s à l’élection municipale sur les besoins urgents de création d’une Structure Artificielle d’Escalade (SAE) municipale ayant une capacité suffisante pour un avenir serein et le rayonnement national et international d’Antibes à travers la compétition.

Merci la liste l’Alternative Sociale, Citoyenne, Ecologique pour sa réponse

A propos de l’association ASSA escalade

ASSA escalade est une association qui vient de souffler sa vingtième bougie en étant reconnue association d’intérêt général. La vocation première de l’ASSA était d’initier enfants et adultes aux bonnes pratiques et attitudes dans le contexte de la montagne. Son but est de valoriser et mettre en avant des activités de montagne par l’apprentissage et la validation des acquis menant à l’autonomie dans la pratique.

Un nouveau pas vient d’être franchi cette année 2020 avec le doublement des effectifs jeunesse passant de 64 à 128 enfants. Le club accueille aujourd’hui 305 licenciés FFME, ce qui en fait un des trois plus gros clubs de montagne et d’escalade de PACA.

Autrefois obligés de s’expatrier dans des clubs voisins hors de l’agglomération, nos jeunes compétiteurs souhaitent aujourd’hui avoir le pôle compétition qu’ils méritent.

ASSA escalade est un organisme affilié à la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade (FFME) et possède l’agrément Ministère des Sports (n°06-S-10-2008-D).

Le club concentre ses pratiques dans trois gymnases d’Antibes :

  • Les deux gymnases des lycées ‘Léonard de Vinci’ et ‘Audiberti’
  • La salle multi-sports communale du gymnase Paul Charpin des Semboules

Les limites de ces infrastructures d’escalade sont multiples :

  • Niveau et état des infrastructures et leur limites (entretien, hauteur, évolution et mise à jour)
  • Disponibilités (horaires, vacances scolaires, dépendance forte vis-à-vis des autres clubs sportifs)

Limites des infrastructures

La hauteur

La hauteur constitue un élément majeur dans la mesure de la difficulté et de la progression dans la pratique de l’escalade. A présent, Il est commun de voir des villes moyennes de 100 000 habitants s’équipant de salle entre 11m et 13m de hauteur. On citera en exemple Besançon de taille équivalent à Antibes (116 000 habitants) qui vient d’ouvrir la SAE Entre-Temps une SAE de niveau international (mur de 18m).

Le mur des Semboules fait 4 m de hauteur. Situé dans une salle omnisport, la seule activité possible est la pratique du bloc, qui nécessite le déplacement de tapis de protection. Seulement 3 tapis d’une épaisseur supérieure à 40 cms peuvent supporter la chute d’un grimpeur à 5 m, ce qui limite l’exploitation réelle du mur à 6 m de largeur (parties déversantes). Par ailleurs, il n’existe pas de dalle, ni de dièdre, ni de toit pour varier les exercices.

Les murs de Léonard de Vinci et d’Audiberti font respectivement 6 et 7 m. Ils offrent respectivement 13 et 15 couloirs avec le mur de Léonard de Vinci qui est légèrement mieux équipé avec le toit et le dièdre qui manque à Audiberti.

En 2 mouvements, un grimpeur adulte atteint le sommet du mur des Semboules

A titre de comparaison, la salle de Besançon offre dans un seul et même lieu :

  • une “zone difficulté” : des voies de 18 mètres de hauteur avec 55 relais de grimpe en simultané.
  • une “zone vitesse” : deux couloirs de 16 mètres de hauteur, identiques et homologués avec un dévers de 5 % et composés de 62 prises. La zone est équipée d’un chronométrage et d’un système d’assurage.
  • une “zone bloc” : un espace de grimpe sans corde qui peut atteindre 4,5 mètres. En pied de voie, des tapis de 40 centimètres d’épaisseur amortissent les chutes.
Comparaison entre une SAE compétition et les SAE d'Antibes
Comparaison entre la hauteur des SAE à Antibes et les SAE de niveau compétition

Évolution et mise à jour

Une SAE nécessite une mise à jour régulière qui est aujourd’hui assurée par le club d’Antibes : nettoyage, ouverture de nouvelles voies, surveillance…

Néanmoins, afin de modifier et faire évoluer des voies d’escalade, il convient d’en être le propriétaire. La cohabitation avec les lycées est très contraignante et ne permet que de très rares évolutions alors que chaque couloir mérite des ouvertures (des nouvelles voies) une fois par an.

Nos propositions

  1. Modifier à courte échéance la salle municipale des Semboules pour en faire un salle de bloc. Une étude pour étendre la hauteur et le linéaire (nombre de couloirs disponibles pour les pratiquants) doit être lancée sans tarder afin de ne pas compromettre la rentrée 2020/2021.
  2. Créer une nouvelle SAE qui doit faire permettre de recevoir des compétitions départementales : Une étude de complexe sportif est en cours sur le site Jean Bunoz et ce projet de mur doit en faire partie.
  3. Créer un mur extérieur sur le site du CREPS pour faire d’Antibes la base arrière du mouvement Olympique 2024 avec les voies de vitesse qui manquent partout en PACA et en France.

Disponibilités

La mairie d’Antibes, à travers de convention avec les lycées, donne l’accès aux murs à des périodes définies avec le club, en général l’accès aux murs est possible en soirée après 19h. 

Malheureusement, ces conventions souffrent d’une grande rigidité. Léonard de Vinci interdit l’accès aux enfants de moins de 18 ans. Audiberti et Léonard de Vinci interdisent l’utilisation des murs en journée avant 19h, les week-ends ou pendant les vacances scolaires.

Seul le mur des Semboules permet des cours en journée, les mercredis et, pour la première année (rentrée 2019) : le samedi après-midi. La section enfant a doublé de 64 à 128 enfants sous la demande massive et l’attrait créé par l’escalade olympique.

Les besoins

  1. Offrir un accès pour les enfants aux entraînements avec cordes (salle Audiberti) à partir de 17h.
  2. Donner un accès aux infrastructures pendant les vacances scolaires pour organiser des stages d’entrainement et de perfectionnement.
  3. Autoriser l’organisation de compétitions autre part que sur le mur des Semboules

Et pourtant

Et pourtant, la France compte plus de 100 000 licenciés dans 1000 clubs d’escalade (chiffres 2018). Parmi ces clubs, l’ASSA fait maintenant parti des 42 clubs de France et des 3 clubs PACA avec plus de 300 licenciés (source FFME).

L’ASSA est, avec l’Union Sportive de Cagnes, l’un des plus gros clubs d’escalade de la région PACA.

L’engouement pour l’escalade est tel, qu’en 5 ans, le nombre de licencié à Antibes a doublé, malgré des équipements limités.

Et pourtant, Antibes possède 10 terrains de football alors que le prix du foncier souffre d’une forte pression. Un terrain de football accueille 22 joueurs et coûte en moyenne 400 000€ (structure synthétique).

Par comparaison et du fait d’une pratique qui évolue verticalement, un mur d’escalade coûte 25% du prix d’un terrain de football, prend 20% de l’emprise au sol d’un terrain et peut accueillir jusqu’à 2 salles de classes d’enfants facilement.

Une 40aine de grimpeurs qui tiennent dans un terrain de badminton qui reçoit sinon 4 joueurs…

Les Jeux Olympiques Paris 2024

En 2020, l’escalade rentre dans les jeux Olympiques de Tokyo avec trois disciplines qui reflètent parfaitement la devis Olympique “plus vite, plus haut, plus fort”. Ainsi des épreuves de vitesse, de difficulté et de bloc sont prévues.

La fédération prévoit déjà un afflux massif des licenciés jeunes qui voudront découvrir ce sport qu’ils ont découvert à la télévision.

En 2024, les Jeux Olympiques sont accueillis par la France à Paris et les besoins de SAE de niveau international pour accueillir la compétition sont énormes.

Rappelons qu’Antibes fait partie des collectivités acteurs des Jeux Olympiques et ayant le label Terre de Jeux. Alors pourquoi pas pour l’escalade ?

Antibes est une commune qui soutient les Jeux Olympiques 2024

Alors futur Maire d’Antibes, avez-vous envie de vous démarquer et d’inaugurer la première salle d’escalade de niveau Olympique du Sud de la France à mi-mandat ?

Aller à la barre d’outils