Petite escapade à roche à roche du 18/02

RDV fixé à 9h pétantes au carrefour d’Antibes pour certains, 9h15 pour les retardataires… :P

Nous partons sous un soleil radieux vers le spot d’escalade et Lionel et Evelyne qui nous attendent sur place.

Après avoir délibéré plusieurs minutes (c’est dur le dimanche matin) sur le nombre de cordes nécessaires et surtout le nombre de dégaines, nous commençons l’ascension pour gagner le départ des voies.

Attention le chemin n’est pas si simple : premier embranchement on prend à gauche, deuxième embranchement idem… sinon on se retrouve à faire le tour de la tête de chien.

Pendant que nous reprenons notre souffle, petit cours de rattrapage pour la « manip de la vache ». Tout le monde semble bien concentré, surtout les passeports orange (hum hum) !

A vos marques, prêts, partez ! les duos sont formés, les premiers grimpeurs atteignent des sommets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seuls 2 ASSAiens sont encore à terre et semble se battre avec une corde qui a eu le toupet de se transformer en sac de nœuds. Heureusement, ils sortent vainqueur de cette bataille. Respect les gars !

Le soleil brille, le ciel est bleu, les oiseaux chantent… l’une d’entre nous, un peu en avance sur la saison des amours, se laisse envahir par un doux sentiment.

Impossible de la décoller de son cher et tendre rocher. Elle retirera de cette expérience le

 

surnom de « poulpe » qui le ne la quittera plus.

Le soleil continue de briller, les sweats tombent, après les coups de foudre, ce sont les coups de soleil qui font leur entrée. On ne remerciera jamais assez l’expat’ africaine pour son petit tube de crème solaire verte qui nous a permis d’éviter le pire. (Et on ne vide pas le tube sur ses bras ! :P)

L’heure de la bouffe a sonné ! Tupperwares garnis de légumes pour les filles, sandwichs pour les garçons. Mais quel cliché !! Ouf un représentant masculin sort son tup et des sardines en boite… l’honneur est sauf !

 

C’est reparti pour un tour. Les corps alourdis par la digestion, certains se laissent séduire par la moulinette. D’autres jouent les braves et partent en tête. On notera qu’il est plus simple d’avoir le bon nombre de dégaines pour faire l’ascension d’une voie.

Sur la fin de la séance, par un excès de zèle ou de fatigue, une nouvelle technique du « sans les pieds » est testée et approuvée. Technique à garder en mémoire pour des situations désespérées.

Et puis c’est la fin : quand le taux de personne montant en moulinette frise le 100%, quand le soleil se cache et que nos bras aimeraient faire de même, il est temps de regagner nos voitures !

C’était une super journée ! Un grand merci au club, à Lionel et aux grimpeurs !