Les enfants de la Capelle (12 juin 2016)

Et le voici le voilà enfin… le petit récit de la petite sortie enfants de la semaine dernière !

D’aucun diront que ça a un peu trainé. A ceux-là je répondrai que d’abord j’avais pas accès au site, et que ensuite j’avais accès au site mais que internet était en panne, et puis ensuite internet a remarché mais j’étais malade… bref, il est clair que le Ministère des Services Secrets du FBI a tout fait pour que rien ne filtre à propos de cette sortie.

            Et ben c’est raté, d’autant plus que la sortie, elle, était bien réussie !

En ce dimanche ensoleillé, nous avons donc enfin réussi à caser une sortie enfants, maintes fois reportée.

Au parking du Blavet : Stef, Nico et Antoine, Cécile et ses neveux Augustin et Stanislas, Aurore, Albert et Nathan.

160612_La_Capelle_12  Au loin le Rocher de Roquebrune…

 

Direction la Capelle Amont, petit site fort sympathique à 10 minutes de marche, avec quelques dizaines de voies entre 6 et 15m à vue de nez. Ca vaut pas les voies dures ombragées du canyon du Blavet, mais le gros avantage c’est que justement c’est pas les voies dures ombragées du canyon du Blavet !

Un petit coin à l’ombre des chênes pour poser le camp et le lit de Nathan, et tout le monde est à pied d’oeuvre.

160612_La_Capelle_02

Augustin, pour ses débuts, fait dans le placement :

         160612_La_Capelle_08 160612_La_Capelle_06

Antoine, qui avait des beaux chaussons, a préféré grimper en baskets pour être solidaire…

160612_La_Capelle_15

160612_La_Capelle_25   Stanislas, en mode winner, a enquillé voie sur voie !

Stef, interdite de grimpe, a pu briefer les débutants :

160612_La_Capelle_10– « Mais monte tes pieds là ! »

Pendant ce temps, Nathan révise ses manips…   160612_La_Capelle_27

 

Et les grands grimpent  160612_La_Capelle_03  160612_La_Capelle_26

 

Tout le monde a pu, au choix, découvrir l’escalade, ou tout simplement se faire plaisir. Ca tombe bien, c’était l’idée !
Et les petits sont en plus repartis avec un beau diplôme, bien mérité.

Bref, s’il existe une journée idéale, on n’en était pas loin.