L’ASSA bouge ! Première sortie à Turbie !

 IMG_7191Journal de bord du grimpeur, samedi 3 octobre 2015.

Le rendez-vous est donné au Carrefour d’Antibes. Les grimpeurs se reconnaissent de loin avec leur matériel foisonnant de dégaines et de mousquetons, des chaussures bien trop petites pour leurs pieds accrochés à leur gros sac à dos.

La première sortie officielle de l’ASSA n’avait tenu qu’à un fil. Les abondantes précipitations de la veille avaient failli conduire à son annulation pour cause de paroi glissante et impraticable. Mais François-Xavier avait insisté. La sortie était maintenue et déplacée à la dalle à l’Oiseau, à Turbie. Après une bonne demie-heure d’autoroute, le convoi de grimpeur retrouve la camionnette des Geckos en haut de Turbie.

IMG_7189Le petit groupe se composait du grand maître Lionel, deux talentueux autonomes François-Xavier et Philippe et de quatre jeunes débutants naïfs mais motivés. Après une courte marche en chemin accidenté, le petit groupe parvient enfin face à une magnifique paroi rocheuse gris clair qui se dresse face à la mer, surplombant le Cap d’Ail et la principauté de Monaco. Le ciel se dégage progressivement, le regard se perd jusqu’à la Marina, le port de Nice et Saint-Jean-Cap-Ferrat, promesse d’une journée plus ensoleillée que prévue. L’air se réchauffe, il est temps de grimper.

Sous la surveillance attentive de Lionel, FX et Philippe, les débutants se lancent à l’assaut de la falaise qui offre autant de belles prises que de passages délicats. Les chaussons glissent, les jambes tremblent, les doigts se crispent. La sensation de la roche saisie à pleine main n’a rien à voir avec celle perçue sur un mur synthétique. La roche parfois lisse, parfois plus grenue avec des aspérités plus agressives. On découvre aussi le plaisir de plonger ses doigts dans des rainettes et des fissures chargées de pluie et de boue gluante et suspecte, voire d’y déloger des occupants peu commodes comme des araignées ou des iules. La nature est là, végétation et faune défiant la gravité, à même la roche, contre vents et averses.

IMG_7193Sur le plan technique, les débutants peuvent observer les autonomes grimper « en tête », installer les dégaines et placer les cordes dans les anneaux en hauts des voies. Lionel, très impliqué, vérifie les allers et venues verticaux des jeunes recrues et ne tarit pas de conseils sur les prises à rechercher et les positions à adopter en ascension comme en descente, parsemés d’aphorismes et de traits d’esprits digne d’un maître Jedi. La pédagogie permet à tous d’en profiter. Le vocabulaire de la grimpe rentre peu à peu et à la fin tout le monde comprend quand FX demande d’être pris sec quand il a fini de vacher. Plusieurs voies sont ouvertes, niveau 4 à 5 avec plus ou moins de difficultés comme des dévers mais avec de jolies corniches sur lesquelles se reposer et admirer la vue.

IMG_7195Après deux trois heures, l’équipe profite de la pause déjeuner pour se détendre les avant-bras et faire un brin de causette. Il sera question de canyoning, de voitures à air comprimé, d’implants cochléaires et de sport pour enfants poly-handicapés, des sujets très variés. La grimpe continuera jusqu’à environ 16h avant qu’une pluie un peu paresseuse ne mette fin aux festivités. A l’unanimité il est décidé d’aller se réchauffer et de boire un pot dans un petit bar de Turbie. Bières, monaco et autres sodas sont sirotés avec modération avant de rentrer à Antibes. On pourra vraiment dire qu’on est passé entre les gouttes ce jour là…