Voyage ASSA, printemps 2023

Voyage ASSA, printemps 2023

« Destination Sardaigne »

Préambule

La préparation du voyage et le choix du site

Pour faire connaissance et choisir où partir en vacances, rien ne vaut de passer du temps ensemble autour d’un verre. Et elles furent nombreuses, ces occasions, les participants variant selon les disponibilités. Il a été évoqué Kalymnos, la Grèce, les Dolomites, la Croatie et surtout l’Andalousie (qui a failli briser un couple). L’amour de la cuisine italienne et des Corsica Ferries l’auront emporté. Ainsi que la maîtrise du budget et de l’organisation.

Une fois la destination choisie, Sylvain et Guillaume ont réalisé une lecture attentive des topos pour trouver les meilleurs spots de grimpe et orienter le choix de l’hébergement : il semble y avoir de nombreux spots, à proximité de Cala Gonone. Une fois le ferry réservé, Lorenzo nous a alors trouvé un joli AirBnb à Dorgali, Cala Gonone, sur la côte Est de la Sardaigne. 

Le départ / Vendredi 28 avril 2023

Ferry, apéro au solarium et pétanque « Boules molles »

Le vendredi 28 avril 2023, les 16 membres de l’ASSA ayant souhaité participer au voyage organisé annuellement sont prêts pour le départ en Sardaigne. Le plan est simple : prendre le ferry pour la Sardaigne, profiter de 10 jours d’escalade sur place et s’en mettre plein les yeux.

Tout le monde s’est organisé pour préparer ses bagages, en se limitant en quantité afin que tout ce petit monde et ses affaires soient parfaitement contenus dans le moins de véhicules possible.

Ci-dessous un tableau récapitulant l’organisation et le nom des présents pour cette aventure :

VéhiculePassagers
Minibus de l’ASSAGuillaume
Noémie
Gabriele
Alexis
Nadège
Margot
Eric
YingYu
Voiture « Boumbo » de SylvainSylvain
Adrian-Loup 
Pauline
Voiture « Duvalette » de LoïcLoïc
Chris
Voiture « Bubulle » de MaximeMaxime
Zoé
Lorenzo

Certains ont travaillé le vendredi matin, d’autres non, mais tout ce monde arrive au quai d’embarquement à Toulon le vendredi 28 avril à 15h30, soit 2h avant le départ comme exigé par Corsica ferries. Tout le monde arrive à 15h30 ? non. Car Loïc revenant de vacances en Corse arrive seulement 15 minutes avant le départ du ferry. Record battu.

Quoi qu’il en soit, toute l’équipe est bien à bord pour le départ à 17h30. Nous arrangeons le mobilier du salon du ferry pour organiser notre première belle tablée pour 16. Tout le monde discute un peu, c’est l’occasion de se retrouver ou même de se rencontrer.

Nous prenons ensuite un léger apéritif (ou pas) sur le solarium en jouant à la pétanque avec des « boules molles » (merci Eric [vu son âge avancé, nous étions peu étonnés de la mollesse de ses boules] et Loïc de posséder ces objets qui nous étaient inconnus). Et tandis que la partie de pétanque et l’apéro s’éternisent jusqu’à tard, pour certains il est temps de profiter des cabines pour se reposer.

L’arrivée en Sardaigne / Samedi 29 avril 2023

Premier spot de grimpe et trajet vers Cala Gonone

Toute l’équipe est réveillée par une douce voix qui hurle dans le haut-parleur de la cabine : « Mesdames et Messieurs, il est 5h du matin, nous accostons à Porto Torres à 6h, … » dans trois langues différentes [ndlr: mais toujours avec un accent italien prononcé] avec un rappel à 5h15.

Nous débarquons à Porto-Torres à 6h, sans encombre. Nous prenons un café et un petit déjeuner dans un petit bar. Le plan de la journée se dessine assez vite et fait rapidement l’unanimité : faire un peu de grimpe sur un site à proximité. Première lecture du topo : direction Dimension verticale, une petite falaise située à 30 minutes de Porto Torres sur la route de la côte est, près du village perché d’Osilo.

Nous sommes tous un peu fatigués mais il fait beau et le spot est sympa : un rocher calcaire offrant une vue agréable sur une plaine de verdure insérée dans un relief vallonné.
Nous profitons du spot jusqu’au début d’après-midi.

La fatigue rend l’organisation de la fin de journée un peu difficile. Nous nous séparons en quête de nourriture. Arrêt à une supérette pour trouver sandwichs et boissons.

Nous nous dirigeons ensuite tous vers Cala Ostina, une petite baie située sur la côte Nord pour pique-niquer et s’offrir un peu de repos. Nous profitons de cet endroit magnifique une partie de l’après-midi, les moins frileux s’offrent une petite baignade dans ces eaux aussi fraiches que limpides. Pour d’autres, c’est la sieste.

Le groupe se sépare : certains vont jeter un coup d’œil au Capo Testa, au nord, d’autres partent faire les courses ou encore récupérer les clefs du logement.

Le Capo Testa

Le site de Capo Testa est magnifique. Un massif granitique à fleur de côte, sculpté par l’érosion marine et éolienne. Du granite poli, presque lisse, offrant des formes extravagantes se mariant avec les alternances de bleu turquoise et profond de la mer. A l’horizon, la Corse.

Nous n’avons pas le temps de nous user les doigts sur ce rocher qui pourtant nous appelle. Ce sera peut-être pour une prochaine fois (“peut-être” Guillaume, on a dit “peut-être”)!

Nous profitons quelques heures du site et il est temps de rejoindre le reste de l’équipe à Cala Gonone, situé à 2h30 de route.

C’est ainsi que s’achève la première journée. Nous sommes tous à l’appartement le soir et savourons un petit apéro et un repas bien mérité. Nous choisissons un site de grimpe pour le lendemain et c’est le premier appel traditionnel « départ 9h demain matin », qui résonnera dans les murs de l’appartement tous les soirs à partir de ce jour.

Deuxième jour / Dimanche 30 avril 2023

Découverte de Cala Fuili et de la grimpe sous la pluie Sarde

Le lendemain matin, l’équipe se rend à Cala Fuili, une calanque située à environ 10 minutes de Cala Gonone.

Le site de grimpe est super et le spot magnifique. Les voies sont situées sur les falaises directement sur la petite plage de galets blancs. Seule ombre au tableau la météo : 15 minutes après notre arrivée, il se met à pleuvoir par intermittence. Les conditions ne sont pas idéales [ndlr: euphémisme] sur ce spot de dalle, avec un rocher mouillé ou les prises de pied commencent à sérieusement glisser. Nous grimpons quelques heures dans ces conditions puis nous décidons de stopper pour la journée afin de faire sécher nos slips.

Le groupe se divise l’après-midi : pour certains c’est balade et visite de grottes, pour d’autres sieste ou enfin paddle et deepwater à Cala Fuili. Loïc a, dans sa Tesla, tout un arsenal d’équipement pour les vacances : 2 Paddles, combinaisons, GoPro, Drône, …

En parallèle, les courses sont faites et une organisation commence à se dessiner pour se répartir les soirs de cuisine en binôme ou en trinôme. Ce soir-là, c’est restaurant. Nous arrivons à trouver un troquet qui veut bien organiser une tablée pour 16. Nous dégustons des pâtes accompagnées de quelques bières et de vin. Nous payons le prix « spécial touristes » mais nous passons une très bonne soirée.

Malgré la météo, l’ambiance est bonne et nous trouvons le temps de bien nous marrer. Pour la fin de la journée : lecture du topo par l’équipe dédiée « lecture du topo », choix d’un spot et « départ 9h demain matin ! ».

Troisième jour / Lundi 01 mai 2023

Le port de Santa Maria Navarrese et le parco delle Rocce Rosse d’Arbatax

Le troisième jour, nous partons vers le sud pour rejoindre un spot de grimpe situé au port de Santa Maria Navaresse. Nous empruntons pour la première fois la « route des vacances ». 

Cala Gonone est situé dans une sorte d’enclave entre les hauts reliefs et la mer. Pour s’y rendre ou en partir, il faut franchir un col pour rejoindre la route SS125 qui longe toute la côte Est de la Sardaigne du Nord au Sud. Depuis Cala Gonone vers le Sud, cette route sinueuse est taillée dans la falaise et donne un panorama magnifique sur les reliefs et vallées environnants. Elle traverse les villages perchés d’Urzulei et de Baunei avant de rejoindre la plaine côtière au niveau d’Osulai.

Nous arrivons au port de Santa Maria Navaresse en milieu de matinée. Il nous a fallu 1h30 de route pour faire les 60 km de trajet. 

Le spot de grimpe est sympa, situé sur une falaise directement collée au port et à la mer.

Nous y passons une bonne partie de la journée.

En milieu d’après-midi, nous décidons de faire un peu de tourisme pour aller visiter le Parco delle Rocce Rosse d’Arbatax, situé à 30 minutes de voiture au sud.

Il s’agit d’une ancienne carrière située au niveau du port d’Arbatax. Le site est superbe, offrant une alternance de roches granitiques, calcaires et de coulées basaltiques donnant un magnifique mélange de couleurs.

Le retour à Cala Gonone est tardif. Nous partageons le traditionnel repas du soir accompagné d’un petit apéro.

Quatrième jour / Mardi 02 mai 2023

Grimpe sous la pluie Sarde à La Poltrona

Le quatrième jour, départ traditionnel à 9h pour le site de la Poltrona, situé à environ 10 minutes de Cala Gonone. La météo est encore capricieuse ce jour-là. Il pleut par intermittence ce qui a conduit l’équipe à choisir un site assez proche de Cala Gonone en cas de repli nécessaire.

La Poltrona est un spot de dalle, comprenant des voies du 4 au 6 situé sur les falaises calcaires formant les reliefs qui ferment la baie de Dorgali.

La pluie vient rapidement tremper le rocher dès le milieu de matinée. Les conditions de grimpe sont difficiles avec des petites prises qui commencent à sérieusement glisser. 

L’équipe est téméraire : nous ne laissons pas la météo nous décourager, et tout le monde semble vouloir profiter à fond de ces vacances. Nous continuons ainsi à grimper quelques heures sur ce rocher glissant avant de battre en retraite vers un endroit sec.

En milieu de journée, le groupe se divise avec la traditionnelle session Paddle / Deepwater à Cala Fuili, balade, sieste, apéro …

Comme tous les soirs, rendez-vous autour de la grande table de l’appartement pour partager un apéro et un repas chaud des chefs cuisiniers du jour.

« Départ 9h demain matin ! ».

Cinquième jour / Mercredi 03 mai 2023

L’équipe canyoning

L’équipe canyoning a choisi d’explorer Grotta Donini, un des plus beaux canyons souterrains d’europe, 4 heures sous terre, entouré de formations rocheuses (stalactites, stalagmites, drapés, choux-fleurs et méduses), à mi-chemin entre le canyoning (rappels, vasques) et la spéléologie (tunnels rampants).

Après une initiation au rappel de 26 secondes, nous nous engageons dans le premier puits. Il aura suffi initialement de 2 minutes sous terre, pour nous disperser en trois groupes différents, dont deux sont perdus dans les mauvais tunnels. Une fois regroupés, le guide dirige la troupe à une bifurcation sur 30 mètres, avant de réaliser que ce chemin là est également mauvais et fait demi tour en laissant le groupe derrière lui.

Tout confiants, nous continuons d’avancer et nous nous engageons dans les antres de la terre.

Bravant le noir et le froid, nous nous emerveillons de l’enchaînement de resserements et de salles immenses pour enfin émerger au jour, en plein milieu de la face de la falaise.

Pour ceux qui ont appris les techniques de rappel en début de canyon, c’est l’heure du jugement: 50m de rappel à descendre, avec un départ quelque peu aérien. Pour certains, épuisés, la technique du ruissellement (suivre le relief de la falaise avec le ventre) fait très bien l’affaire.

Après une marche de retour où nous croisons les “tombes des géants” (arrangement de pierres comme pour une sépulture d’un être gigantesque), nous sommes accueillis par un magnifique apéro. Nous nous précipitons sur la myrte et le saucisson. Nous sommes même rapidement rejoints par deux larges familles de cochons sauvages qui veulent goûter au saucisson et à nos doigts avec.

L’équipe grimpe de la Falesia Ichnusa

Une partie de l’équipe n’a pas souhaité participer à la sortie canyoning. Au matin, le petit groupe se met en route pour Pedra Longa, un site de grimpe situé à environ 2h au sud de Cala Gonone, en passant par la « route des vacances ».

Le site est magnifique : une falaise immense prenant des racines dans la mer au pied de laquelle trône fièrement la Pedra Longa, une pointe rocheuse esseulée face à la mer. Une grande voie permet de grimper tout le long de la Pedra Longa et commence à donner quelques envies à certains membres du groupe.

Nous grimpons quelques voies sur cette falaise avec une vue mer imprenable. En milieu d’après-midi, nous décidons de descendre la petite route menant à la côte pour une session Paddle / Deepwater pour certains et baignade pour les autres. L’eau est superbe bien que très fraîche. Nous finissons la journée dans ce magnifique spot. Affamés, nous nous arrêtons au village perché de Baunei le soir prendre un petit apéro en terrasse et manger une bonne pizza !

Nous nous retrouvons tous à Cala Gonone le soir pour un petit point lecture du topo et choix du spot de grimpe pour le lendemain. La Pedra Longa a donné quelques idées à une petite équipe qui souhaite faire la grande voie qui démarre de la mer et permet de gravir cette pointe rocheuse. 

Toute l’équipe partage le traditionnel repas du soir et « départ 9h demain matin ! ».

Sixième jour / Jeudi 04 mai 2023

L’équipe Grande voie

Depuis des jours et des nuits, il y songeaient. Certains, après avoir lu l’intégralité du topo, en rêvaient littéralement depuis des mois. Et depuis la visite au pied de Pedra Longa en paddle, l’objectif était évident : se lancer dans une grande voie exceptionnelle.

La grande voie est une traversée de toute la Pedra Longa, composée de 7 longueurs, en 6a+ max, qui offre une vue spectaculaire et un défi sensationnel sur un rocher calcaire très abrasif. Nous évaluons les potentielles chutes de 10 mètres, imaginons les sensations promises, appréhendons l’absence totale d’opportunité de réchappe. Le rêve allait aujourd’hui devenir réalité. Et puis le vent s’est renforcé, les vagues ont commencé à lécher le bas du rocher… les cordées de grimpeurs faisaient déjà la queue en bas de la première longueur et notre cœur a vacillé. Notre équipe de 2 cordées a voté le changement de plan.

Guillaume, connaissant le topo des grandes voies par cœur, nous a dégoté une perle à moins d’une heure de route : Sulla via di Sam, à Villangrande Strisali. Un rocher en porphyre, sans marche d’approche dans laquelle on s’est crus seuls au monde!

Les chèvres, fans aussi, nous ont montré le chemin le temps que notre chauffeur retrouve les clés de la voiture. 

Nous avons eu 5 longueurs de granit rouge magnifique, même si les relais n’ont pas toujours joué le jeu. Le premier, planqué derrière un arbre, a mis le ton sur cette grande voie assez sauvage. Mais malgré les relais cachés et les blocs branlants, tout le monde est arrivé au sommet où nous avons découvert un relai quelque peu artistique.

Nous avions, à notre disposition, une plaquette avec du jeu et une cordelette de 5 mm.
Comme Guillaume est toujours prêt à tout, il a dégainé un anneau de corde déjà préparé auquel nous avons rajouté un maillon rapide tout neuf et brillant, et nous nous sommes lancés dans la descente. C’est à ce moment-là que le côté sauvage de la voie a pris son importance :  en effet, à chaque rappel, la corde se prenait dans à peu près tout ce qu’il y avait de végétal. Il nous a fallu autant de temps à démêler les nœuds qu’à descendre sur corde.

C’est vivants, heureux et ravis que nous avons rejoint le reste du groupe pour les réjouissances du soir.

L’équipe grimpe de Budinetto

Pendant ce temps-là, le reste de l’équipe s’est rendu sur le site de Grimpe de Budinetto, une falaise surplombant Cala Gonone.

Il s’agit d’un site assez similaire à celui de la Poltrona. Nouveauté, ce jour-là la météo est parfaite. Nous grimpons sur ce spot de dalle avec des voies allant du 4 au 6. Il s’agit d’un rocher calcaire avec des petites prises de mains, très bon entraînement pour travailler et croire en ses placements de pieds.

La vue depuis le spot est magnifique et le ciel complètement dégagé. Le tout offre un panorama sur toute la côte jusqu’au spot de Cala Luna, qui commence à attiser la curiosité du groupe. 

Nous profitons de la journée de grimpe dans ces conditions parfaites toute la journée. 

Le soir, les deux équipes se retrouvent pour partager les expériences de la journée. Dans les murs de l’appartement, on commence à entendre les mots « grimpe à Cala Luna », « Cala Goloritze », … Il semble que l’équipe commence à avoir envie de découvrir la côte Sarde depuis la mer, …

Nous partageons le traditionnel repas avant de s’offrir un repos bien mérité, pour certains.

Septième jour / Vendredi 05 mai 2023

L’équipe tourisme

Une partie de notre tribu décide de reposer leurs muscles et de découvrir les richesses culturelles de l’île. Lorenzo étant un homme prévoyant, il nous a trouvé une dynamique guide touristique qui nous a présenté un village particulier, du nom de Orgosolo. La réputation de ce lieu provient du nombre incalculable de peintures murales que l’on peut observer sur les façades des maisons. Le village entier est un véritable musée dans lequel chaque rue offre son lot de chef d’œuvres. On y retrouve aussi bien des scènes de la vie traditionnelle sarde que des messages politiques engagés ou en lien avec des événements ayant marqué l’actualité.Plus d’infos ici: https://un-tour-dans-le-sac.fr/orgosolo/

Un petit commerçant d’une boutique de souvenirs, sorti des années 40, nous a fait essayer quelques costumes traditionnels [ndlr: de force], accompagnés d’une marseillaise jouée à l’accordéon et de chants Sardes. 

Après avoir passé la matinée à déambuler dans ce village pour en apprendre plus sur son histoire, nous nous dirigeons vers ce que nous pensions être un repas traditionnel avec des bergers. Lyriques, nous nous voyions déjà randonner jusqu’à des pâturages en altitude et manger aux abords de bergeries silencieuses en pierres.

A l’arrivée, les deux bus double-étages vomissant des hordes de touristes septuagénaires allemands nous ont rappelé à la réalité. Passée la stupéfaction, nous avons dégusté, à l’ombre d’un chêne, des quantité généreuses de pains, de charcuterie, de fromage, de vin et de différentes viandes cuites à la broche et au feu de bois qui nous auront rapidement fait oublier les nuisances.

Après un digestif aussi difficile à terminer qu’une 7c, nos hôtes ont alors entonné des chants polyphoniques qui rappellent étrangement les chants Corses. Ce fût un moment tranquille de partage, ataraxique pour l’âme, moins pour la coction.

L’équipe classico à Cala Fuili

Le reste de l’équipe se rend à Cala Fuili dès le matin pour alterner paddle / deepwater / grimpe. Nous profitons du site avec une météo admirable. Les paddle sont parfaits pour découvrir cette côte rocheuse, aux falaises abruptes taillées par la mer. De petites grottes sont disséminées ici et là au sein du calcaire fracturé par la mer. Les couleurs dans certaines grottes sont spectaculaires.

Les paddle sont également très pratiques pour démarrer les voies de deepwater. Nous grimpons depuis la mer pieds nus. Le rocher est très abrasif.

Nous terminons la journée par quelques belles voies dans le 5 et 6 sur les parois de Cala Fuili que nous n’avions pas grimpées jusqu’ici. 

Nous nous retrouvons tous le soir pour préparer le plan du lendemain. Location de bateaux et découverte de la côte Sarde depuis la mer !

Bonne nuit et départ 8h demain cette fois ci !

Huitième jour / Samedi 06 mai 2023

La côte Sarde à bateau ou le périple des team kayak pour Cala Luna

Nous avons loué deux zodiacs sans skipper, un zodiaque avec skipper et deux kayaks [ndlr: sans skipper]. La répartition des passagers dans les navires fût la suivante:

VéhiculePassagers
Bateau SkipperNoémie
Nadège
Margot
Sylvain
Gabriele
Bateau psicoblocLoïc
Maxime
Zoé
Bateau ancestralEric
YingYu
Pauline
Christophe
Adrian-loup
KayaksGuillaume
Alexis
Lorenzo

Les bateaux à moteur se rendent le matin à Cala Goloritze, puis remontent la côte tranquillement vers Cala Luna. Les kayaks, plus courageux [ndlr: euphémisme], visitent la grotte San marino, située avant Cala Luna. Puis tous, nous nous retrouvons à Cala Luna l’après-midi.

Les kayakistes, avec leurs vivres et leur matériel d’escalade, sont une petite équipe d’inconscients. Arrivés à la grotte sous-marine du Blue Marino, nous avons été émerveillés par les stalactites et stalagmites qui se reflètent dans l’eau turquoise, à la lueur des spots.

Après cette visite, nous longeons la côte, en passant sous des arches de pierres tantôt monumentales, tantôt émergentes à peine de l’eau. Ce périple fut ponctué d’une petite pause sur une crique très sauvage.

Enfin nous débarquons sur la plage de Cala Luna. Nous prenons le temps de nous restaurer après avoir pagayé toute la matinée et avant d’entamer la grimpe avec le peu d’énergie qu’il nous reste. C’est alors, en pleine ascension, que les équipes Zodiac [ndlr: flemasses] nous rejoignent.

De leur côté, les équipes Zodiac [ndlr: flemasses] se retrouvent au petit matin devant Cala Goloritze. Cette plage est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO et l’accès ne s’y fait qu’à pied [ndlr: ou en bateau pour les flemasses]

Nous trouvons une petite plage aussi déserte que paradisiaque à proximité et nous nous y installons. Au programme : détente sur la plage, paddle et deepwater. L’eau est turquoise, la petite brise matinale est fraiche mais la journée promet d’être très chaude !

Nous passons quelques heures dans cet endroit superbe. Cette journée de repos est vraiment bienvenue après sept jours de grimpe consécutifs. Pour certains d’entre nous, les doigts commencent à être râpeux et douloureux !

Nous remontons ensuite la côte en bateau en direction de Cala Luna. Nous nous arrêtons en chemin au gré de nos envies. Cette partie de la côte est vraiment superbe. Les falaises façonnées par la mer offrent des panoramas incroyables depuis l’eau.

Nous nous retrouvons tous à Cala Luna dans l’après-midi. Une petite équipe se fait les doigts sur les falaises de cette baie superbe. Le destin a voulu que, au moment où j’écris ces mots, le 21 mai 2023, Cala Luna a été le siège d’un glissement de terrain massif ayant rasé toute la plage. Nous sommes bien peu de choses comme dirait l’autre …

Nous finissons la journée à Cala Luna et nous ramenons les bateaux à Cala Gonone en début de soirée. Pour fêter cette superbe journée, nous prenons l’apéro en terrasse sur le port.

Traditionnelle tablée à l’appartement. Pour certains, la soirée sera arrosée et finira très tard !

Neuvième jour / Dimanche 07 mai 2023

L’équipe grimpe à Placche di Finstones

Finstones, c’est le site de grimpe en face de Budinetto, à 500m à vol d’oiseau avec le même rocher, calcaire, le même style de grimpe, en dalle. Les voies commencent sur une pente légère (45°) qui se raidit rapidement plus on avance.

Lors de l’interview, l’un des compétiteurs aurait dit:

“ Je n’ai pas aimé ce site, j’y ai laissé ma cheville. ”

Un autre, véhément:

“ Tout allait bien jusqu’à ce que j’essaye cette 6a et que je la rate lamentablement. 
Ça aurait pu s’arrêter là, mais il a fallu que tout le monde après moi la tente et la réussisse en piétinant, avec leurs chaussons d’escalade, les restes de mon ego.“

Un autre, enfin:

“ J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai dit du mal d’un importun vieux grimpeur sarde dans son dos, en français et à voix basse. Il m’a répondu qu’il parlait très bien français et que la Sardaigne, c’était comme la Corse.“

L’équipe grimpe à Bidiriscottai

Quelques-uns, moins adeptes de la dalle, sont allés grimper sur le site de Bidiriscottai. Ce site est accessible depuis la route en cul de sac depuis le port de Cala Gonone. Une marche d’approche de 20 minutes sur la plateforme rocheuse en pied de falaise permet l’accès à cette grotte située directement collée à la mer.

La marche d’approche peut se faire soit via un petit chemin taillé dans le versant, soit directement sur le plateau rocheux du bord de mer. Le long du chemin, l’alternance des roches calcaires sculptées par la mer, avant de petits trous d’eau épars, sur lesquelles des éboulements de rochers de basaltes offrent un paysage lunaire.

Il ne s’agit pas d’une grotte à proprement parler. Il s’agit d’une grande d’arche calcaire taillée dans la falaise. Au sol, du sable fin. La vue depuis le spot est superbe. Attention toutefois pour les petits curieux, la plage située en contrebas du spot sur les rochers est une plage naturiste.

Les parois de la grotte sont « grasses ». Le rocher est suintant ce qui rend plusieurs voies vraiment difficiles. Nous serons informés par la suite qu’il s’agit d’une caractéristique de ce spot, en fonction des périodes de l’année et des conditions climatiques.

Nous passons la journée sur ce spot.

Nous nous retrouvons tous le soir pour un dernier apéro en terrasse sur le port de Cala Gonone. Le lendemain, c’est le départ pour Porto Torres et la fin des vacances.

Dixième jour / Lundi 08 mai 2023

Dernier jour en Sardaigne et trajet retour

Ce matin, tout le monde refait son sac et nous rangeons légèrement l’appartement (forfait ménage compris !). 

L’équipe se sépare et chacun prépare son trajet retour vers Porto Torres. Certains s’offrent un dernier détour touristique, d’autres prennent le temps de manger au resto avant de partir. Tout le monde se retrouve sur le quai pour le départ en début d’après-midi. Cette fois, la traversée durera environ 18h ! 

Sur le ferry, c’est débriefing des vacances, partie de cartes, apéro, pétanque boules molles, … Nous sommes tous un peu fatigués mais heureux d’avoir passé ensemble ces superbes vacances en Sardaigne.

Le mardi 09 mai 2023, nous arrivons sur le continent à l’heure prévue et tout le monde retourne vers Antibes ! C’est la fin de vacances, retour à la réalité avec encore de l’eau turquoise plein les yeux et les doigts marqués par les falaises calcaires de la Sardaigne !

Débriefing final et bonus

Bilan général (rapide) du voyage

Nous nous accordons tous très facilement pour dire que le voyage s’est super bien passé. Il est vrai que partir avec 15 autres personnes peut sembler un peu intimidant mais en fait, ça ne l’est pas !  L’organisation générale du quotidien s’est très bien passée. Bien sûr il faut accepter une petite inertie de groupe qui fait souvent que les choses sont un peu plus « lentes », mais rien de vraiment gênant. 

Nous avons passé 10 jours formidables, en mode grimpe intensive, mais nous avons également pris le temps de faire un peu de tourisme et des moments vraiment détente. L’équilibre était très bien.

Au final, tout compris, trajet, logement, bouffe, apéros, activités, … le voyage est revenu à environ 700 à 850 euros par personne, ce qui est tout à fait acceptable pour 10 jours sans se priver.

Remerciements particuliers

Il faut particulièrement remercier Sylvain et Guillaume qui ont réalisé, avant le départ, une lecture attentive et en profondeur du topo, qui nous a permis de choisir un endroit avec de nombreux spots d’escalade dans notre niveau à proximité. En effet, nous étions une majorité de débutants en escalade pour ce voyage !

Merci à l’ASSA pour le prêt du camion et du matériel !

Merci à Lorenzo d’avoir trouvé le logement, géré les appels du propriétaire et tout organisé avec lui !

Merci à Chris d’avoir organisé chez lui l’apéro retrouvailles et partage et projections des photos du voyage, nous avons passé une super soirée !

Et merci à toutes les petites mains qui ont permis collectivement de donner vie à ce compte-rendu!

Les super bonus, dans le désordre :

Sylvain

Related Posts

Escapade falaise au Blavet ou comment finir l’année en beauté !

Escapade falaise au Blavet ou comment finir l’année en beauté !

Choucou Place : la sortie du groupe perf’ du 10 décembre 2023

Choucou Place : la sortie du groupe perf’ du 10 décembre 2023

Sortie falaise encadrée des adultes autonomes !

Sortie falaise encadrée des adultes autonomes !

Sortie falaise pour les U10, U12 et U14 !

Sortie falaise pour les U10, U12 et U14 !